voir tous les portaits

Emilie
Mellerio

Je suis la première femme à assumer ce type de responsabilité dans la Maison depuis sa création en 1613

Mme Mellerio, vous êtes l’un des membres Français de l’association les Hénokiens. Pouvez-vous s’il vous plait, vous présenter à nos lecteurs ?

> Emilie MELLERIO : Je m’appelle Emile Mellerio, et je suis la nouvelle Présidente du Conseil d’Administration de Mellerio International, la structure opérationnelle du groupe Mellerio. Je suis aussi la première femme à assumer ce type de responsabilité dans la Maison depuis sa création en 1613.

Qui mieux que vous pouvez nous présenter votre entreprise et ses activités ?

> E.M. : Mellerio dits Meller est une maison de joaillerie et d’orfèvrerie qui a été fondée il y a plus de 400 ans. Nous sommes aussi horlogers depuis 1993.

Iriez-vous jusqu’à dire que cette extraordinaire longévité représente un atout certain dans vos relations commerciales ?

> E.M. : Bien sûr! Ayant été Joaillier des Reines et des Impératrices, Mellerio a conservé de ses origines royales l’attention portée au détail, à l’éclat des pierres er à la qualité de leurs montures, signes d’un raffinement sans cesse revisité. Les reines venaient surtout chez Mellerio s’acheter des bijoux personnels (plutôt que des bijoux institutionnels, qu’elles achetaient également ailleurs) qui parlaient d’elles-mêmes, racontaient leur histoire. Aujourd’hui comme hier, nous construisons ce lien avec nos clients, fondé sur la confiance et le service.

Quelle est l’implication de votre famille dans l’entreprise ?

> E.M. : Mellerio dits Meller est avant tout une entreprise familiale et la famille est fortement attachée à l’indépendance et la longévité de la société. C’est pour cela que la famille Mellerio détient 100% du groupe et qu’il n’y a que trois actionnaires principaux. Nous avons d’ailleurs décidé récemment que les membres de la famille devraient se concentrer sur leur rôle important d’actionnaire, celui d’assurer la pérennité et le contrôle du groupe, tandis que le management opérationnel a était confié à un Directeur Général non familial.
Quels ont été, pour MELLERIO dits MELLER, les évènements les plus marquants de ces dernières années ?
> E.M. : Mellerio dits Meller a fêté beaucoup d’événements majeurs ces dernières années. L’un des événements les plus mémorables a été notre 400ème anniversaire, en 2013, que l’on a célébré en dédiant notre collection de Haute joaillerie à la Reine qui nous a fait naître : Marie de Médicis. Pour l’occasion, nous avons publié le premier livre sur Mellerio et son histoire*. En 2015, nous allons commémorer les 10 ans de notre Taille Mellerio, une nouvelle taille de diamant, dont la forme n’est ni poire, ni ovale mais une forme fluide, évidente et raffinée 

Est-ce que les valeurs traditionnelles qui guident l’entreprise constituent un atout en matière de recherche et d’innovation ?

> E.M. : Bien que nous conservions intactes la plupart de nos valeurs traditionnelles, je pense qu’il est important de savoir se réinventer continuellement et de toujours se remettre en question. C’est pour cette raison que la recherche et l’innovation sont des aspects majeurs de notre activité. Mellerio dits Meller a déjà de nombreux brevets d’innovation et nous essayons de continuer aujourd’hui avec notre Taille Mellerio ainsi que la création de pièces de joaillerie innovantes.

Quels sont, selon vous, les pièges les plus importants auxquels votre entreprise doit faire face pour conserver son indépendance ?

> E.M. : L’industrie de la joaillerie a beaucoup changé durant ces dernières décennies. Alors que nous sommes restés indépendants, la plupart des joailleries familiales ont été rachetées par de grands groupes. Ceci leur a donné beaucoup plus de visibilité et de capacité à investir, et a ainsi rendu la compétition plus difficile. La seule manière de rivaliser avec ces grands groupes est pour nous de constamment évoluer, de nous différencier et d’être extrêmement créatifs. En revanche, ce serait une erreur d’essayer d’imiter leurs stratégies, cela mènerait indéniablement à la perte de notre indépendance. C’est pour cette raison qu’il faut que nous ayons notre propre modèle d’entreprise et que nous restions fidèles à nous même.

La volonté de votre famille de garder cette indépendance a-t-elle nécessité au fil des siècles des choix difficiles ?

> E.M. : Bien sûr, ce n’est pas facile de rester indépendant. Mais heureusement la survie de notre société a toujours était plus importante que les intérêts personnels. Grâce à la détermination sans relâche de chaque génération afin de garder notre entreprise familiale, nous avons survécu.

La transmission de l’entreprise à un membre de votre famille est-elle régie par des règles clairement établies ?

> E.M. : Nous sommes pragmatiques. Nous essayons de à chaque fois trouver les personnes les plus qualifiées pour diriger l’entreprise.

Comment expliquez-vous la longévité de votre entreprise ?

E.M. : Il n’y a pas de formule magique, et chaque génération fait face à de nouveaux problèmes qui doivent trouver des solutions adaptées. Bien qu’il y ait toujours eu de nombreux enfants dans la famille (8 à 10 enfants jusqu'à récemment !), nous avons fait attention à ce que le capital reste concentré dans les mains de deux ou trois actionnaires. Enfin, nous avons la chance de travailler avec des gens talentueux qui aiment ce qu’ils font et qui ont aidé la Maison à se développer.

La nouvelle génération travaille-t-elle déjà dans l’entreprise ?

> E.M. : La 16eme génération est encore très jeune mais vous pouvez être sure que dans 20 ans, certains d’entre eux travaillerons chez Mellerio.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur vos projets majeurs à plus ou moins long terme ?

> E.M. : Nous essayons de créer notre propre modèle d’entreprise, principalement basé sur l’expansion vers de nouveaux marchés, le développement de pièces de joaillerie uniques et différentes, et l’offre d’une vraie expérience de luxe à nos clients.

Auriez-vous un message à communiquer à toutes celles et ceux qui voudraient se lancer dans la création de leur entreprise familiale ?

> E.M. : Je me méfie des stratégies préconçues. Je préfère tout remettre en question, même ma propre vision des choses. On est créatif lorsque l’on se remet en cause. On est efficace quand on est authentique et cohérent par rapport à ses valeurs er à celles de l’entreprise.